Billetterie en ligne

À la une

La vie du château royal ne se réduit pas à son illustre histoire. Le monument évolue constamment, animé par la passion des personnes qui ont la charge de son entretien et de l'accueil de visiteurs en provenance du monde entier.

« A la une » fait vivre en direct la préparation et le déroulement des animations culturelles de la saison. Il livre également les secrets des coulisses du château : les grands travaux, les différents métiers permettant d'assurer le bon fonctionnement de cette vénérable maison.

Découvrez ainsi…

Facebook Notre page Facebook

twitter Notre compte Twitter

instagram Notre compte Instagram

Retrouvez les différents articles parus

Ouverture des années Léonardiennes

5e centenaire de l’arrivée de léonard de Vinci à Amboise

Publié le mardi 03 mai 2016 à 17:29

Léonard de Vinci (1452-1519) est aujourd’hui universellement reconnu comme une figure exceptionnelle. Sa curiosité insatiable et sa créativité ont été très tôt remarquées par les grands mécènes de la Renaissance, à l’exemple de François 1er qui l’invite en 1516 à la Cour de France à Amboise où il finira ses jours.

500 ans après son séjour, cette cité historique des bords de Loire lui consacrera de 2016 à 2019 de multiples évènements où esthétique et créativité seront les deux invités d’honneur.

L’installation de Léonard de Vinci à Amboise

Après un voyage périlleux et éreintant pour un homme de 64 ans, Léonard de Vinci arrive à Amboise où le roi met à sa disposition le manoir du Cloux (aujourd’hui le Clos-Lucé), tout proche du Château royal, avec pour seule injonction « Ici Léonard, tu seras libre de rêver, de penser et de travailler ».

Il lui confie la charge de «premier peintre» et lui accorde une pension exceptionnelle de sept-cent écus d’or par an.

Infatigable créateur

À Amboise, malgré une légère paralysie de la main, Léonard de Vinci continue de créer. Il apporte avec lui plusieurs œuvres  auxquelles il tient absolument dont le « Saint-Jean-Baptiste», « La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte-Anne » et bien sûr « La Joconde ». Ces trois chefs-d’œuvre seront vraisemblablement achetés dès  1518 par le roi. On  rapporte ainsi la présence de la « Sainte-Anne » dans une chapelle du château entre 1523 et 1527. Ces tableaux sont aujourd’hui  exposés au musée du Louvre.

Léonard de Vinci participe également à des fêtes somptueuses et met ses talents d’ingénieur à profit pour leur donner un éclat incomparable. En 1518, à l’occasion du baptême du dauphin et du mariage du neveu du Pape, Laurent II de Médicis (1492-1519), duc d’Urbin, il conçoit plusieurs décors et reconstitue, à grand renfort d’effets spéciaux, un champ de bataille et la prise d’une ville italienne pour célébrer les victoires du roi de France.

Ses réalisations lors de ses dernières années françaises ne s’arrêtent pas là puisqu’il est chargé par le roi de dresser les plans d’ambitieux ouvrages fluviaux. Il envisage notamment la création d’un canal reliant la Loire et la Saône afin de faciliter les échanges entre sa région d’adoption et celle où il a vu le jour, la  Touraine et la Toscane. Le roi lui commande aussi les plans d’un palais et d’une ville nouvelle à Romorantin. Le projet est grandiose mais il ne sera finalement jamais achevé.

Retour en haut de page

Facebook Tripadvisor Twitter Instagram Google +