Ce 6 octobre, le château royal d’Amboise commémore l’une de ses figures tutélaires avec le 250ème anniversaire de la naissance de Louis-Philippe 1er.

Louis-Philippe d’Orléans, né le 6 octobre 1773. Il est issu de la branche cadette des Bourbons, descendant du frère du roi Louis XIV. Son trisaïeul, duc d’Orléans, est devenu Régent du royaume pendant la minorité de Louis XV. Les princes de la famille occupent une place privilégiée en sa qualité de princes du sang.

 

Un destin politique hors du commun

Son éducation libérale le conduira à épouser les premiers idéaux de la Révolution prônant l’évolution politique vers une monarchie constitutionnelle. Embrassant la carrière militaire, il s’illustre comme lieutenant-général lors des batailles de Valmy (20 septembre 1792) et de Jemappes (6 novembre 1792) opposant les troupes françaises aux armées européennes coalisées. Il devra néanmoins s’exiler quand les éléments révolutionnaires les plus radicaux de la Convention ordonneront l’arrestation de son père et des membres de la famille des Bourbons.

Commence alors une période d’errance qui le conduira successivement en Belgique (avril 1793), en Suisse (il y exerce le métier de professeur au collège de Reichenau sous le nom de Chabaud-Latour, dans les pays scandinaves où il participe à une première expédition jusqu’au Cap nord. En 1796, il accepte de rejoindre Philadelphie aux Etats-Unis pour y résider avec ses jeunes frères fraichement libérés de prison, selon les prescriptions du Directoire. Il découvre les territoires du Nord-Est puis séjourne à la Havane de 1798 à 1799. L’arrivée au pouvoir de Bonaparte l’empêche de retourner en France. Il s’établit donc en Angleterre en janvier 1800.  Il se réfugie en Sicile en 1809, épouse Amélie de Bourbon, princesse des Deux-Siciles. Le couple s’établit à Palerme et aura dix enfants.

Après l’abdication de Napoléon Bonaparte en 1814, Louis-Philippe retourne enfin en France, où il reçoit le titre de duc d’Orléans et se voit restituer le Palais-Royal et une partie de son patrimoine.

Sous les règnes de ses cousins Louis XVIII et de Charles X, période plus connue sous le nom de Restauration, la popularité de Louis-Philippe grandit en raison de sa position politique plus mesurée que celle des ultras du royalisme. En juillet 1830, le roi Charles X abdique sous la pression de trois jours d’insurrection, les « Trois glorieuses ». Ses idées avancées le poussent vers le trône. Ainsi débute un règne de dix-huit années (1830-1848), plus connu sous le nom de « monarchie de Juillet ». Il prête serment à la Charte constitutionnelle révisée et devient Louis-Philippe 1er, roi des Français.

Il travaille à restaurer la concorde entre les factions qui se sont déchirées depuis plusieurs décennies : les républicains, les bonapartistes, les royalistes. S’il est un ardent défenseur de la paix en Europe, il favorise la politique d’expansion territoriale hors de France en Afrique et en Asie. Il est à l’origine d’une politique de développement industriel. La prospérité économique du début de son règne cède la place à une grave crise économique et sociale.

Son refus de procéder à une réforme électorale cristallise les mécontentements jusqu’à la « campagne des banquets ». L’interdiction d’un banquet politique à Paris dégénère en émeute et pousse le roi à abdiquer le 24 février 1848 et à prendre à nouveau le chemin de l’exil. Il ne reverra plus la France de son vivant et s’éteint en Angleterre en 1850.

 

L’homme de l’Art

Dès son retour en France, Louis-Philippe, alors duc d’Orléans apporte son soutien aux productions françaises. Par ses commandes privées (pour ses nombreuses propriétés) et ultérieurement dans le cadre de commandes publiques, il favorise les projets d’excellence dans le domaine des arts et du patrimoine.

En 1821, il hérite de sa mère. Il se préoccupe de l’état de décrépitude des propriétés familiales.

Chapelle avant la restauration de Ruprich-Robert, fonds château d’Amboise,1879

À Amboise, un effondrement d’une partie du rempart Sud-Est du château survient en 1824. L’architecte Lefranc est dépêché au chevet du monument. L’enceinte fait l’objet de confortement. Un toit-terrasse vient prendre la place de l’ancien Logis des Sept-vertus incendié pendant la Révolution. La chapelle Saint-Hubert, qui était privée de toiture, fait l’objet de grand soin. Un nouveau toit surmonté d’une flèche en zinc est réalisé. Des vitraux de la manufacture de Sèvres sont fabriqués pour le chevet, le transept et une rosace vient combler l’espace laissé par l’ancienne tribune. On décide par ailleurs de restituer les décors des parties hautes dans un style néo-gothique in

Chapelle après restauration de Ruprich-Robert, fonds château
d’Amboise, 1885

spiré des plans du XVIème siècle d’Androuet du Cerceau.

Soucieux d’assurer l’efficacité de l’entretien des remparts, Louis-Philippe fait procéder au rachat de 53 maisons adossées à la muraille. En 1840, Amboise figure parmi les premiers monuments classés au titre des monuments historiques, prélude d’une politique valorisant les hauts-lieux de l’histoire nationale.

Amboise illustre ainsi parfaitement ce goût de Louis-Philippe pour les arts et la mise en valeur du patrimoine français.

 

 

La postérité de Louis-Philippe

Le roi Louis-Philippe perd son fils ainé, porteur de tous ses espoirs de succession, décédé dans un malheureux accident de voiture hippomobile en 1842. Après l’abrogation de la loi d’exil en 1871, son petit-fils, Philippe d’Orléans, comte de Paris (1838-1894) regagne la France après s’être engagé aux côtés de l’Union lors de la guerre de Sécession (1860). Il sera également l’artisan du renouveau des propriétés familiales, à l’exemple de celle entreprise sur la chapelle Saint-Hubert sous le contrôle de l’architecte Victor Ruprich-Robert. Après le décès du comte de Chambord (1883, il s’attache à perpétuer le projet dynastique de son grand père. Une nouvelle loi d’exil votée en 1886, éloigne de nouveau les chefs des familles ayant régnés sur la France. Il faut attendre l’abolition de cette loi en 1952 pour assister au retour de son petit-neveu, nouveau chef de la Maison de France, le prince Henri d’Orléans (1908-1999), comte de Paris[1] pour que le soin apporté aux anciennes propriétés de Louis-Philippe reprennent leur cours.

Henri d’Orléans et les principaux descendants du roi Louis-Philippe décident de renoncer à leurs parts d’une société civile pour regrouper en 1974, ces domaines historiques au sein du patrimoine d’une fondation reconnue d’utilité publique, la fondation Saint-Louis.

La Fondation Saint-Louis, aujourd’hui présidée par Frédéric du Laurens, restaure actuellement la chapelle Saint-Hubert, bijou de l’architecture capétienne. Ce chantier de grande ampleur constitue un bel hommage à Louis-Philippe et à son tempérament novateur dans le domaine des arts et du patrimoine.

[1] Le titre de comte de Paris est actuellement porté par le prince Jean d’Orléans (né en 1965), petit-fils d’Henri d’Orléans (1908-1999), actuel président d’honneur de la Fondation Saint-Louis.

(c)Caméra Photo Club de Loches
(c)Caméra Photo Club de Loches
(c)FSL
(c)Caméra Photo Club de Loches
(c)Caméra Photo Club de Loches
(c)Caméra Photo Club de Loches
Réouverture de la chapelle Saint-Hubert au public le 16 juin 2024 
57Jours 19Heures 04Minutes 17Secondes

 

Après près de trois années de travaux, la chapelle Saint-Hubert qui abrite la tombe de Léonard de Vinci se dévoilera à nouveau pleinement aux visiteurs dès le 16 juin!

 

FERMETURE EXCEPTIONNELLE DU CHÂTEAU LE 15 JUIN À PARTIR DE 13H

Home

×